Au service de l’innovation et de l’industrie genevoise

Rapport d’activités et résultats financiers 2019

La FTI a poursuivi son action sur le terrain, au service du territoire et des entreprises industrielles et artisanales. L’année 2019 marque le terme de la 1ère Convention d’objectifs (COB) 2014-2019, aux résultats positifs.

[Document en cours d’approbation par les instances cantonales]

La FTI, Fondation pour les terrains industriels de Genève, gère 857 ha des fonciers destinés au secteur secondaire, permettant à quelque 4’300 entreprises et 68’400 collaboratrices-teurs de générer 15% du PIB cantonal. En tant qu’acteur public, elle veille à accompagner la création d’identités territoriales afin de garantir l’attractivité des zones industrielles (ZI).

Dans le cadre de la stratégie économique du canton, elle met en adéquation l’offre en surfaces et la demande des entreprises éligibles en ZI, tout en développant les infrastructures nécessaires à leurs besoins en termes de mobilité. Son action vise également à développer durablement les ZI notamment par les moyens suivants :

  • Provoquer des synergies entre acteurs publics, développeurs immobiliers et entreprises, en étant au cœur de la mutation des activités industrielles à Genève.
  • Proposer aux entreprises industrielles et artisanales des surfaces à des prix compétitifs, dans le respect de la législation en vigueur et en garantissant une bonne diversité du tissu économique.
  • Piloter la mutation des ZI dans le but de concilier l’activité économique avec son environnement, en proposant un cadre de vie de qualité et durable.

écoParc : une dynamique participative

La FTIa poursuivi le processus de création et de transformation de zones industrielles et artisanales (ZIA) en écoParcs industriels. Cette dynamique participative regroupe l’ensemble des acteurs du développement industriel et économique – entreprises, canton, usagers et communes – et vise à créer les meilleures conditions possibles de coopération entre ceux-ci en vue de réinventer les espaces, d’encourager la collaboration entre les entreprises, de créer des synergies avec les utilisateurs afin de changer les modes de gouvernance. En dépassant l’approche foncière et l’aménagement, la FTI devient ainsi l’opérateur urbain public de référence pour animer et détecter les opportunités de collaboration entre les acteurs concernés, tout en menant une politique artisanale et industrielle orientée vers le développement durable du canton et du tissu industriel genevois.

Une COB pour feuille de route

Depuis 2014, la FTI a été la première fondation de droit public à être dotée d’une Convention d’objectifs (COB) établie avec le Canton. Elle a pour but de définir des objectifs stratégiques à cinq ans et d’insérer dans une feuille de route les éléments fondamentaux de la politique voulue par le Conseil d’Etat. De même, elle poursuit un objectif de transparence et engage la FTI à rendre des comptes au terme de la période concernée par la COB.

Ainsi, la COB couvrant la période 2014-2018 (produisant ses effets jusqu’au 31.12.2019), s’est attachée à établir des jalons pour affirmer les missions de la FTI (le déploiement de nouvelles activités a d’ailleurs nécessité d’importantes adaptations du cadre légal). Au terme de ces six années, la Fondation a atteint voire dépassé la très grande majorité des objectifs chiffrés qui lui étaient assignés :

• Entre 2014 et 2019, la FTI a œuvré chaque année à mettre 129’000 m2 de surfaces brutes de plancher (SBP) à disposition des entreprises (en moyenne) – 2.5 fois plus que les seuils établis dans la Convention. Durant la même période, la FTI a fait l’acquisition de 115’000 m2 de terrains en ZI.
• Depuis 2017, la FTI est responsable de l’équipement des ZI. Cette délégation de compétence vise à simplifier les processus et rendre la planification plus efficiente. Elle a engendré la création d’un fonds d’équipement.
• En matière de développement durable, la constitution des trois premiers écoParcs genevois (ZIBAY, ZIPLO, ZIRIAN) et la transition en cours d’autres secteurs ont marqué un tournant.
• La FTI participe à la mutation du PAV en accompagnant les entreprises mais aussi en gérant les droits de superficie grevant des terrains propriétés de l’Etat. Par ailleurs, elle a activement contribué à la création de la Fondation PAV.
• Les finances de la FTI lui permettent d’assumer des besoins accrus en termes de capacité d’investissement et d’autonomie financière. Elle a racheté à l’Etat la majeure partie de ses terrains et bâtiments situés en ZDIA (valeur totale évaluée à CHF 160 mios).

La COB 2020-2024 s’appuie sur des axes similaires tout en précisant les allocations de ressources et l’orientation des moyens. Elle se distingue par la place donnée au développement durable. Alors qu’il était auparavant question de sa mise en œuvre au travers des principes de l’écologie industrielle, ses trois dimensions sont désormais au cœur de toute réflexion stratégique.

Sur le plan de l’équipement des ZDIA, l’accent est mis sur la mobilité en visant à développer aussi bien le train et la route que les transports publics et la mobilité douce.

Le PAV garde une place prépondérante. En effet, l’entrée en force des premiers PLQ et la concrétisation des premiers ouvrages ont pour effet de «débloquer» le périmètre. L’interdépendance de nombreux projets amène à anticiper l’accélération de sa mutation. Dans ce contexte, la FTI va accroître sa capacité à accompagner les entreprises du PAV afin de motiver et faciliter leur relocalisation.


États financiers 2019

Ils présentent pour l’année 2019 un bénéfice net de l’exercice de 13.0 millions de francs, dont 5.3 millions seront versés à l’Etat de Genève, conformément à la COB.

Le bilan est porté à 624.3 millions de francs. Les acquisitions 2019 ont été entièrement autofinancées. Au 31 décembre, son ratio d’endettement est de 44.5%, respectant le plafond de 50% fixé dans la COB.


Consulter le Rapport d’activités 2019 :