Au service de l’innovation et de l’industrie genevoise
retour aux actualités

Racheté, un expert de l’industrie «durable» reste à Genève

Le cabinet de conseil Sofies derrière le projet genevois de La Fabrique Circulaire rejoint le millier d’employés de DSS, l’ex-antenne de DuPont sur la sécurité industrielle

Tribune de Genève | Pierre-Alexandre Sallier | publié de le 6.10.2021

La société de conseil a été cofondée en 2008 par Suren Erkman avec trois de ses anciens étudiants de l’EPFL et de l’Université; Benoît Charrière et David Rochat – les dirigeants actuels de Sofies International – ainsi que Guillaume Massard, aujourd’hui responsable de la Fondation pour les terrains industriels de Genève (FTI).

Héritage de DuPont

«Nous avions mis en place un système d’actionnariat ouvert aux employés, si bien que le capital était aux mains des collaborateurs», explique Suren Erkman, qui préside cette société active dans des domaines comme la gestion des déchets électroniques ou les stratégies de décarbonation du système. Sofies compte plus de 70 personnes à Genève et dans les filiales de Zurich, Londres et Bangalore.

Créée dans les années 70 par l’antenne genevoise de DuPont, DSS a longtemps été une entité à part au sein du géant de la chimie, en raison de ses activités de conseil. Devenue société autonome, ce spécialiste de la sécurité des sites industriels avait vu les financiers genevois de Gyrus entrer à son capital.

Sa sortie de l’orbite de la multinationale américaine s’achèvera début janvier, avec la disparition de la mention DuPont dans son nom. Avec l’arrivée de Sofies, la société comptera plus d’un millier de collaborateurs dans une quarantaine de pays.

Nouveaux risques industriels

«Il y a actuellement une demande en très forte croissance pour des compétences concernant la durabilité, explique Suren Erkman, joint mercredi.

Suren Erkman, professeur à l’Université de Lausanne, président de Sofies.
CHANTAL DERVEY

On était en contact depuis quelques mois avec DSS; face à la demande de leurs clients pour davantage de conseils sur la durabilité, ils avaient commencé à passer en revue près d’une centaine de sociétés du domaine», décrit Suren Erkman.

«Pour nous, c’était le partenaire idéal car ils sont très impliqués sur le terrain industriel, alors que notre volonté a toujours été de ne pas nous borner à des rapports mais de monter des projets concrets», poursuit ce spécialiste du développement éco-industriel.

À Genève, Sofies met notamment en place depuis le début de l’été le projet de La Fabrique Circulaire, qui vise à mettre à disposition des PME l’expertise nécessaire pour pratiquer une économie plus respectueuse de l’environnement. «En réalité, conseiller les entreprises ou les collectivités publiques sur la gestion des risques industriels signifie de plus en plus les accompagner sur les risques environnementaux», pointe ce dernier.